Commencer à utiliser la culture hydroponique pour cultiver du cannabis peut être délicat. Voici 10 conseils pour vous faciliter la tâche et comprendre les principaux enjeux.

Le fameux dicton « mieux vaut prévenir que guérir » peut parfois être utilisé à tord, mais il est toujours bon à utiliser lors de la culture du cannabis en intérieur. Les chances d’une culture réussie sont considérablement augmentées, si vous accordez suffisamment d’attention aux détails pendant la phase de configuration de votre opération de culture hydroponique.

Le plan d’action précis dépendra de votre espace et de vos ressources uniques, et bien sûr de tous les besoins uniques de la variété de cannabis particulière que vous cultivez. Tout cela mis à part, il y a encore quelques tâches et pratiques qui doivent être observées dans toute zone de culture hydroponique pour garder vos plantes aussi saines et productives que possible.

1. Commencez avec des réservoirs et de l’équipement stériles

Si vous pouvez vous permettre d’acheter tout nouvel équipement pour démarrer vos opérations de culture, cette étape peut ne pas être nécessaire au début, mais éventuellement tous les réservoirs, tuyaux, filtres et toute autre partie physique de votre système hydroponique devront être désinfectés pour prévenir le développement et la propagation d’agents pathogènes, en particulier la pourriture des racines. Prévoyez d’avoir plusieurs bouteilles d’alcool isopropylique et de peroxyde d’hydrogène à portée de main pour désinfecter votre équipement régulièrement.

2. Assurez-vous de commencer avec de l’eau propre et au pH neutre

Idéalement, l’eau qui circule dans votre système hydroponique est à un pH de 7. Sinon, un système d’osmose inverse créera et fournira de l’eau neutre. L’eau distillée peut également être utilisée jusqu’à ce qu’un système d’OI puisse être obtenu.

3. Surveillez vos températures

température de votre salle de cultureIdéalement, l’eau qui coule dans votre système sera d’environ 18 C pour faciliter une bonne absorption des nutriments et empêcher l’accumulation d’algues. La température de l’air, cependant, peut-être plus chaude. Si vous pouvez atteindre environ 24 C dans votre salle de culture, vos plants de cannabis devraient être très satisfaits.

4. Maintenir des niveaux d’humidité appropriés

Les plantes de cannabis se développent mieux avec des niveaux d’humidité variables en fonction de leur stade de développement. Lorsque vos enfants sont jeunes, ils doivent avoir des niveaux d’humidité compris entre 60 et 70%. Au fur et à mesure qu’ils se développent et entrent dans la phase de floraison, ils n’ont besoin que d’environ 40% d’humidité. Cela peut être mieux réalisé avec un humidificateur et un déshumidificateur utilisés en conséquence.

5. Utiliser un éclairage approprié

Il existe de nombreux types de lampes de culture sur le marché. Les bons types de lampes de culture pour votre installation dépendront de votre espace, de la distance entre votre armoire et vos prises et vos plantes et de votre budget. Les lampes à décharge à haute intensité (HID) sont meilleures pour les grandes salles de culture avec une bonne circulation de l’air et une bonne ventilation.

Les lampes fluorescentes compactes (LFC) sont plus adaptées pour les petites pièces. La lumière des luminaires à diodes électroluminescentes (LED) est bonne pour les petites zones de culture, mais elle est plus coûteuse que les LFC.

À lire  Culture hydroponique : comment éviter le pourrissement des racines

Quel que soit le type de lampe sélectionnée, assurez-vous qu’elle peut produire de la lumière en quantité suffisante entre 400 et 700 nanomètres. Un photomètre relativement peu coûteux peut aider à déterminer si vos lampes de culture font le travail.

6. Maintenir une ventilation et un débit d’air adéquats

Garder l’air en mouvement est essentiel pour la santé des plantes et aide à une répartition uniforme de la température dans votre pièce de culture. Les ventilateurs doivent être montés ou placés de manière à pouvoir couvrir le plus de surface sans obstruction. Une bonne ventilation aidera à maintenir des températures d’air appropriées s’il fait trop chaud, mais aidera également à l’échange d’air.

7. Comprendre le pH

Heureusement, ce n’est pas difficile et il existe des compteurs qui peuvent prendre des relevés de pH. Ceci est important car si le pH de votre eau n’est pas dans la bonne fourchette, vos plantes ne pousseront pas bien ou pourraient même mourir. Pour le cannabis hydroponique, visez un pH d’environ 6,0, mais prévoyez une plage comprise entre 5 et 6.

niveaux de PH optimaux
Les niveaux de PH optimaux – Source Autoflower Seed Shop

8. Comprendre les lectures d’EC

La conductivité électrique (EC) est une mesure du total des solides dissous dans votre eau hydroponique. Comme pour le pH, il existe de nombreux compteurs efficaces sur le marché et il y en a beaucoup qui prennent les deux lectures (pH et EC).

Le niveau EC vous indiquera la richesse en nutriments de votre eau en circulation. Si le chiffre est trop faible, vos plantes n’en reçoivent pas assez ; s’il est trop élevé, vous pouvez « brûler » vos plantes avec un niveau de nutriments trop élevé. La conductivité électrique pour le cannabis cultivé en hydroponie fluctuera en fonction du stade de croissance de vos plantes.

Comme les semis ou les clones sont d’abord placés dans un système, les niveaux d’EC doivent être inférieurs à 1,3 et peuvent être aussi bas que 0,5 pour les clones.

Cependant, lorsqu’ils commenceront à croître, attendez-vous à maintenir un niveau EC qui grimpe continuellement vers 2,0. Lorsque vos plantes atteignent enfin la phase de floraison, elles peuvent avoir besoin d’un EC jusqu’à près de 2,5 selon la souche cultivée.

Vérifiez souvent vos niveaux EC. Plus vous vous rapprochez du maintien d’une EC appropriée, plus vos plants de cannabis seront productifs.

9. Trouvez une source de semences fiable

Toute la planification, la préparation et l’achat des produits nécessaires à la culture hydro ne peuvent malheureusement pas compenser une variété ou graine de mauvaise génétique et qualité. Une plante de cannabis ne peut produire que ce qu’elle est génétiquement prédisposée à produire. L’amélioration de son environnement de croissance et la satisfaction de ses besoins lui permettent de se rapprocher le plus possible de ce potentiel.

Consultez notre guide sur les meilleures graines et vendeurs du moment pour vous procurer des semences de qualité !

10. Conservez un suivi de votre activité

Vous ne pouvez pas améliorer ce que vous ne pouvez pas mesurer. Même les meilleurs producteurs ont de mauvaises récoltes et parfois les novices ont de la chance.
Pour éliminer autant que possible le facteur « chance » et pour se concentrer uniquement sur les résultats, gardez une trace de tout ce que vous effectuez. Les notes plus détaillées que vous conservez sur les températures, les dates de plantation, les niveaux d’EC, les niveaux de pH, les niveaux d’humidité et tout autre facteur que vous pouvez mesurer vous permettront de prendre des décisions éclairées à l’avenir pour apporter des améliorations continues ou maintenir des rendements élevés.

À lire  Guide curing : sécher et « affiner » votre cannabis correctement