Le fumeur d’herbe stéréotypé est dépeint comme un imbécile lent, incapable d’avoir des pensées productives pendant plus de quelques secondes. Il est motivé par ses tendances hédonistes et veut se « défoncer » le plus possible.

En 2022, nous savons que ce n’est pas vrai, puisque près de la moitié des adultes américains ont essayé le cannabis à un moment ou à un autre. Alors que ce stéréotype néfaste était utilisé pour dissuader les gens de fumer en partant du principe que le cannabis avait un impact négatif sur le cerveau, la science apporte un nouvel éclairage sur ce sujet.

Comme ce reportage de PBS datant de 2021, qui cherche à savoir si le cannabis inverse le vieillissement du cerveau. Les études sont actuellement menées sur des souris, ce qui signifie qu’il n’y a pas beaucoup de preuves humaines pour suggérer que le cannabis aide à ralentir le vieillissement du cerveau, mais chez les souris, les résultats sont cohérents.

Une théorie est qu’en vieillissant, nous commençons à produire significativement moins d’endocannabinoïdes. Cela affecte notre système endocannabinoïde qui est responsable du maintien de l’homéostasie dans le corps. Le système endocannabinoïde aide à moduler l’humeur, la douleur, l’appétit, la réponse immunitaire et bien plus encore.

Par conséquent, en théorie, étant donné que beaucoup de nos endocannabinoïdes sont similaires aux phytocannabinoïdes présents dans le cannabis, nous pourrions voir comment celui-ci pourrait compenser la perte de production d’endocannabinoïdes causée par le vieillissement.

Des études prometteuses… sur les souris

Les preuves actuelles de cette idée proviennent de l’étude de souris réalisée par plusieurs chercheurs. Plusieurs études ont été réalisées en Israël, en Allemagne et aux États-Unis. L’une des chercheuses présentées dans le reportage de PBS est Nicole Ashport, qui a expliqué comment elle a testé le déclin cognitif des souris dans le cadre d’une expérience établie :

« Lorsque nous prenons de jeunes souris et que nous les plaçons dans un labyrinthe d’apprentissage et de mémoire, elles apprennent très rapidement à trouver la sortie. Nos souris âgées apprennent également à s’échapper du labyrinthe, mais elles n’apprennent pas aussi efficacement. Ainsi, il peut falloir à une jeune souris 16 essais dans le labyrinthe pour le maîtriser. Mais il pourrait prendre une vieille souris 25. Et donc on peut voir que les vieilles souris peuvent encore apprendre. Elles n’apprennent juste pas aussi vite. »

Les chercheurs peuvent ainsi observer comment les souris âgées mettent plus de temps à traiter l’information et à la mémoriser. Théoriquement en raison de l’inflammation associée au vieillissement, mais il pourrait aussi s’agir d’un manque d’endocannabinoïdes atteignant certaines parties du cerveau associées à la mémoire.

Cependant, en administrant de faibles doses de THC aux souris, Ashport a observé quelque chose d’intéressant :

« Lorsque nous traitions les vieux animaux avec une version synthétique du THC à faible dose, nous observions un effet de stimulation. Ils se déplaçaient plus rapidement, ils se déplaçaient davantage. Leur capacité à résoudre les labyrinthes de manière plus efficace s’est accrue. Cela correspond à ce qui avait été rapporté par les autres groupes montrant que des doses vraiment faibles pouvaient conduire à un effet bénéfique. »

À lire  Le décret autorisant l’expérimentation du cannabis thérapeutique enfin publié

Nous constatons également ce phénomène de manière anecdotique chez les humains. De nombreux patients âgés ont déclaré qu’ils se « sentaient vivants » et « avaient plus d’énergie » après avoir pris du cannabis. Cela pourrait-il aussi être simplement dû à un manque d’endocannabinoïdes ayant entraîné une augmentation de l’inflammation, qui est une cause ou un symptôme de nombreuses pathologies différentes ?

« L’une des principales caractéristiques du vieillissement que nous observons et qui peut contribuer à la fragilité et à d’autres déficiences à un âge avancé est l’augmentation de l’inflammation », a déclaré Ashport. « Le cannabis et de nombreux cannabinoïdes peuvent réduire l’inflammation dans le cerveau et dans tout le reste du corps. Et donc il est probable que lorsque nous administrons des cannabinoïdes qui agissent comme des signaux anti-inflammatoires, qu’ils améliorent intrinsèquement le système de vieillissement en supprimant simplement les facteurs de stress de l’inflammation. »

L’importance d’une bonne santé endocannabinoïde

Peut-être, nous entrons dans une étape de la vie sociétale où « consommer du cannabis » deviendra aussi essentiel que de consommer des compléments vitaminés. Le fait est que notre système endocannabinoïde joue un rôle vital dans notre santé et notre bien-être.

On dit que le système endocannabinoïde a atteint sa pleine maturité à peu près à l’âge de 25 ans. Jusqu’à ce moment-là, votre corps crée une quantité importante d’endocannabinoïdes. Une fois qu’il a atteint sa pleine maturité, la production d’endocannabinoïdes diminue de manière significative.

Bien que vous puissiez obtenir des cannabinoïdes à partir de nombreux aliments et activités différents, la meilleure source de cannabinoïdes dans la nature est le cannabis. La plante entière fournit un large éventail de cannabinoïdes et de terpénoïdes qui interagissent avec votre organisme interne à un rythme très efficace.

Si bon nombre de nos problèmes de vieillesse sont dus à un manque de cannabinoïdes ou à une carence en endocannabinoïdes, la consommation de cannabis en tant que supplément est logique

Certaines personnes, cependant, ne sont pas intéressées par la sensation de « défonce » car elles ont encore des préjugés sur l’euphorie en médecine. Cependant, avec le cannabis, vous n’avez pas nécessairement besoin de vous défoncer. En fait, le jus de cannabis brut devrait être plus que suffisant pour reconstituer votre système endocannabinoïde sans courir le risque de vous défoncer.

En effet, lorsque le cannabis est cru, les phytocannabinoïdes sont dans leur état « acide », ce qui les rend non psychoactifs. Étant donné que le cannabis non psychoactif fonctionne également pour reconstituer votre système endocannabinoïde, il est logique qu’un « smoothie de cannabis » par jour puisse éloigner la vieillesse !

Conclusion

On nous a répété à plusieurs reprises que le cannabis est mauvais pour le cerveau ! Sauf que maintenant, nous découvrons qu’il peut être votre dernière ligne de défense contre le déclin mental en vieillissant. Bien sûr, ces informations n’en sont qu’à leurs débuts, et au fur et à mesure que nous progressons et que nous avançons dans la légalisation mondiale, nous découvrirons plus précisément comment le cannabis interagit avec notre esprit et notre corps.

En attendant, les premières preuves suggèrent que le cannabis pourrait être un médicament très efficace pour toute condition impliquant un déclin mental avec l’âge. Cela inclut la démence, la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurocognitives.

À lire  L’huile de cannabis : son utilisation, ses bienfaits