Comme toutes les plantes, le cannabis a besoin d’eau pour remplir ses fonctions de base.

L’eau aide les plantes à absorber les nutriments du sol, puis remonte dans la plante et dans les feuilles. Sans elle, la plante ne peut pas survivre ! Mais donner à un plant de cannabis la quantité d’eau adéquate peut être plus difficile que vous ne le pensez.

Il n’existe pas de science exacte pour arroser un plant de cannabis ou des plantes en général. Dans la plupart des cas, vous ne pouvez pas observer les racines pour savoir si elles ont besoin d’eau. De plus, une plante est en croissance constante et le climat dans lequel elle se trouve fluctue, de sorte que la quantité d’eau dont elle a besoin change constamment.

Voici quelques conseils éprouvés pour garder vos plantes de cannabis en bonne santé et correctement irriguées.

À quelle fréquence faut-il arroser ses plants de cannabis ?

Une erreur fréquente des cultivateurs débutants est de trop arroser les plantes de cannabis. Un cycle d’humidité et de sécheresse est sain et nécessaire pour que les racines d’une plante se développent et s’enfoncent plus profondément dans le sol.

De plus, les racines absorbent de l’oxygène lorsque le sol s’assèche. Lorsque le sol est trop humide, la plante ne peut pas absorber l’oxygène efficacement et ne peut donc pas respirer.

Conseils pour la fréquence d’arrosage des plants de marijuana

Stade de la plante/nombre d’arrosages tous les # jours

  • Germination 4-7
  • Semis 3-7
  • Végétation 2-4
  • Floraison 2-3

Il s’agit d’estimations générales destinées à donner aux cultivateurs une idée approximative de la fréquence des arrosages. Si une plante a besoin d’eau et qu’elle ne se situe pas dans ces fourchettes, arrosez-la bien entendu.

Comment savoir si une plante de cannabis a besoin d’être arrosée ?

Les meilleurs moyens de savoir si une plante de cannabis a besoin d’eau sont les suivants :

Enfoncez un doigt dans le sol sur une profondeur de 2,50 à 5 centimètres : s’il est humide, vous devriez être bon ; s’il est sec, il est probablement temps d’arroser la plante.

Vous pouvez également soulever un pot et sentir son poids pour déterminer s’il a besoin d’eau. Cela demande un peu d’expérience : soulevez vos pots après les avoir arrosés pour vous rendre compte de leur poids lorsqu’ils sont pleins d’eau. Cela vous donnera également une idée de ce que ressent une plante légère et sèche.

Une plante de cannabis insuffisamment arrosée a l’air tombante et faible, avec des feuilles jaunes ou brunes ; les feuilles semblent sans vie.

Les feuilles d’une plante trop arrosée ont un aspect légèrement similaire en ce sens qu’elles s’affaissent, sauf qu’elles sont vert foncé et que leurs extrémités sont recourbées.

Notez la fréquence d’arrosage de vos plantes et inscrivez-la dans un journal. Mettez en place un programme d’arrosage pour vos plants de marijuana – lorsqu’ils ont dépassé le stade de plantule, un arrosage tous les deux ou trois jours est idéal.

Gardez à l’esprit qu’à mesure que les plantes grandissent, elles ont besoin de plus d’eau et doivent être arrosées plus fréquemment.

Si vous cultivez de l’herbe en plein air, vous devrez arroser plus souvent lorsque le temps se réchauffe et moins souvent lors des saisons fraiches.

Lorsque vous trouvez le juste milieu entre trop humide et trop sec, vos plantes s’épanouissent.

 

conditions de culture trop sèche

 

Quelle est la quantité d’eau à donner à ses plants ?

La quantité d’eau dont vos plantes de marijuana ont besoin dépend de quelques facteurs :

  • La taille de la plante
  • La température extérieure
  • l’état de santé général de la plante
  • Le stade de croissance

Il faut arroser une plante suffisamment pour que toute la terre du pot soit imbibée. L’eau doit s’accumuler à la surface du sol lorsque vous arrosez, et sortir par les trous de drainage au fond du pot après quelques secondes. Si l’eau reste à la surface du sol, cela que le plant a été suffisamment arrosé et qu’il n’a pas besoin de plus d’eau.

Si la plante est très sèche, l’eau s’écoulera directement dans le sol et le pot et sortira rapidement par les trous de drainage. Si cela se produit, arrosez un peu la plante, puis revenez-y 15 à 20 minutes plus tard et arrosez-la à nouveau, voire une troisième fois. Cela permet au sol d’absorber lentement l’eau.

Les racines sont constamment à la recherche d’eau lorsqu’elles grandissent et s’étendent. Au fur et à mesure qu’une plante grandit, le rayon d’arrosage – la zone autour de la tige de la plante que vous arrosez – doit également augmenter. Cela permet de guider les racines vers les bords du pot lorsqu’elles recherchent les nutriments disponibles dans le sol.

Un arrosage trop éloigné des racines peut créer de l’eau stagnante, ce qui peut entraîner la pourriture des racines, des moisissures et des problèmes de parasites.

Votre récipient ou pot est-il de la bonne taille ?

Pour arroser correctement un plant de cannabis, il faut qu’il soit dans un récipient de la bonne taille, ou dans un trou assez grand s’il est dans le sol. Si un pot est trop grand, les racines de la plante ne peuvent pas absorber l’eau qu’elles n’atteignent pas. Si les racines n’absorbent pas l’eau, celle-ci restera dans le sol et mettra longtemps à s’évaporer, ce qui peut favoriser la pourriture des racines et l’apparition d’insectes et de champignons indésirables.

À l’inverse, si le contenant est trop petit, les racines ne pourront pas s’étendre, ce qui peut retarder la croissance de la plante. Moins de terre signifie également que vous devrez arroser la plante tout le temps, ce qui ajoutera de la main-d’œuvre.

Idéalement, les plants de cannabis devraient commencer dans un petit pot et passer à des pots de plus en plus grands au fur et à mesure qu’ils dépassent leur contenant. Par exemple, vous pouvez commencer un semis ou un clone dans un pot de 10cm ou 3-4 litres, puis passer à un 8 litres, 20 litres, 40 litres, et ainsi de suite.

Qu’est-ce que le rinçage ?

Le rinçage est une partie importante du processus de culture de la marijuana, lorsque vous cessez de donner des nutriments à un plant de cannabis et lui donnez de l’eau pure. Cela permet d’évacuer les nutriments qui se sont accumulés dans la plante au cours de sa vie et vous assure d’obtenir une herbe plus naturelle et moins « chimique ».

Le rinçage est effectué environ une semaine avant la récolte, à la fin de la phase de floraison de la plante, lorsque les bourgeons sont presque prêts à être coupés.

Un « flushing » peut également être effectué pour débarrasser les plantes de leurs nutriments en cas de déséquilibre nutritionnel, comme le blocage des nutriments, lorsque vos plantes sont surchargées de nutriments et incapables d’en absorber de nouveaux.

Comment purger les plantes

Le rinçage final doit avoir lieu environ une semaine avant que vous ne coupiez les plantes pour la récolte. Arrosez vos plantes avec la même quantité que vous le feriez normalement, mais uniquement avec de l’eau.

Cela obligera la plante à utiliser les nutriments qu’elle a stockés – si ses réserves de nutriments ne sont pas utilisées ou dégradées, cela pourrait affecter la qualité de vos bourgeons récoltés.

En observant les trichomes des plantes de marijuana, vous serez en mesure de dire quand les plantes sont prêtes pour un rinçage – commencez quand ils commencent à devenir laiteux.

Les différents milieux de culture requièrent des délais de rinçage différents avant la récolte :

  • Terre : 7-10 jours
  • Laine de roche et coco : 7 jours
  • Hydroponique : 5-7 jours

Si vous cultivez dans un sol organique amendé, il n’est pas recommandé de rincer les plantes.

En effet, le sol contient déjà tous les éléments nutritifs dont la plante a besoin pour se développer, et en inondant le sol, vous risquez d’endommager l’écosystème complexe que vous avez travaillé dur à développer.

Quand arrêter d’arroser avant la récolte

Arrosez vos plantes comme d’habitude lorsqu’elles sont en phase de rinçage – ne les laissez pas devenir trop sèches ou trop humides. Veillez à ne pas récolter des plantes sèches ou flétries. Elles doivent être belles et saines lorsque vous les coupez.

Des plants de marijuana contenant trop de nutriments, des niveaux de pH inadéquats ou d’autres éléments augmentant le stress de la plante peuvent entraîner un déséquilibre ou un blocage des nutriments. Le blocage des nutriments résulte d’une accumulation de nutriments ou de sel dans le sol, empêchant l’absorption de nouveaux nutriments.

Le rinçage des plantes élimine cette accumulation excessive et aide à rétablir le niveau de pH du sol. Les plantes pourront ainsi recommencer à absorber les nutriments et à se développer à un rythme sain et de façon efficace.

Pour effectuer ce type de rinçage, arrosez excessivement vos plantes avec de l’eau dont le pH se situe entre 6,0 et 6,8 pour le sol et entre 5,5 et 6,5 pour la culture hydroponique.

Saturez complètement vos pots, et répétez l’opération 15 minutes plus tard. Le rinçage devrait permettre d’éliminer tout blocage et de faire de la place pour les nouveaux nutriments.

Comment trouver la meilleure eau pour les plantes de cannabis ?

Pour cultiver des plantes de cannabis saines et fortes, vous devez prêter une attention particulière au type d’eau que vous fournissez à votre culture.

Il existe deux idées fausses très répandues lorsqu’il s’agit de trouver de l’eau pour un jardin en intérieur :

Toutes les eaux se valent !

L’eau jugée propre à la consommation sera également adéquate pour vos plantes.

L’eau peut contenir un certain nombre de contaminants, dont certains peuvent être utilisés sans danger dans un jardin et d’autres peuvent avoir de graves conséquences pour la santé d’une plante. Tout cultivateur doit savoir où se procurer de l’eau propre et comment traiter l’eau contaminée pour qu’elle convienne à un jardin.

Connaitre son pH et PPM

Un terme important à comprendre lorsque l’on parle de la qualité de l’eau et que l’on distingue les différents types d’eau est le pH, ou potentiel hydrogène, qui est utilisé pour mesurer l’acidité et l’alcalinité d’un fluide donné. La mesure du pH se fait sur une échelle de 0 (le plus acide) à 14 (le plus alcalin).

Parmi les fluides très acides, on trouve l’acide de batterie, le jus de citron et le vinaigre, tandis que les fluides très basiques sont l’ammoniaque domestique, le lait de magnésie et l’eau de Javel. L’eau distillée est neutre avec un pH de 7.

Selon le milieu de culture que vous utilisez, le cannabis préfère une eau dont le pH se situe entre 6 et 7, ce qui est optimal pour l’absorption des nutriments.

Un autre terme important à connaître est le ppm, ou parties par million. Ce terme mesure la présence de solides dissous dans l’eau. Comme la plupart des eaux ne sont pas du H2O pur, le ppm donne une mesure précise du pourcentage de contaminants dans une source d’eau donnée.

Les contaminants trouvés dans les sources d’eau peuvent inclure :

  • Chimiques : chlore, chloramine, magnésium, calcium, sels, azote.
  • Physiques : roches, sable, sédiments, matières organiques
  • Biologiques : bactéries, mycotoxines, virus, parasites.
  • Radiologiques : uranium, césium

De nombreuses sources d’eau contiennent naturellement des contaminants. Les cours d’eau, les étangs et les lacs peuvent contenir toute une série de contaminants biologiques comme des bactéries et des parasites.

D’autres sources d’eau, comme l’eau municipale traitée ou l’eau du robinet, sont souvent traitées avec une certaine quantité de produits chimiques comme le chlore, le calcium et le magnésium, afin d’éliminer la possibilité de croissance biologique.

L’eau qui contient des quantités plus élevées de minéraux tels que le calcium ou le magnésium est appelée eau dure. Ce type d’eau a un ppm plus élevé en raison des solides dissous supplémentaires qu’elle contient. L’eau contenant moins de minéraux et un ppm plus faible est appelée eau douce.

Où s’approvisionner en eau ?

Les cultivateurs de cannabis à domicile disposent de plusieurs options à différents prix pour s’approvisionner en eau pour leur jardin, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients.

Les facteurs à prendre en compte lors de l’examen des options d’approvisionnement en eau sont les suivants :

  • Le coût total initial par rapport au coût accumulé au fil du temps.
  • la disponibilité de l’eau
  • la qualité générale de l’eau
  • la difficulté de réduire ou d’augmenter la quantité d’eau nécessaire
  • La main-d’œuvre nécessaire pour apporter l’eau
  • Impact sur l’environnement