Conçu pour fumer du cannabis, le bang, également appelé Bong, Brad, Gue-bon, totem ou simplement B (en fonction des régions dans lesquelles vous vivez), est une pipe à eau bien plus ancienne qu’il n’y parait. Connu depuis plusieurs siècles, le terme « bang » proviendrait du thaïlandais « baung » qui désigne un tube de bambou utilisé pour fumer de l’herbe.

Si les bangs d’aujourd’hui semblent un peu plus sophistiqués qu’un simple tube de bambou, leur fonctionnement reste le même.

Dans cet article, on vous dit tout sur cet objet autrefois très populaire, son fonctionnement et pourquoi il semble moins séduire de nos jours.

Comment fonctionne une pipe à eau ?Pipe A Eau Bang

Les bangs sont disponibles dans toutes les formes et tailles. Certains sont très basiques avec juste un bol, la fameuse « douille », et un tube rempli d’eau ouvert à son extrémité supérieure. D’autres sont carrément des œuvres d’art faits en verre soufflé avec des motifs complexes et plein de couleurs. Sans oublier la bonne vieille bouteille plastique avec sa douille de fortune en papier aluminium… Les temps étaient durs et c’était tout ce que vous aviez. On comprend. Mais ne le faites pas. On vous explique pourquoi plus bas.

Peu importe leur complexité, leur style et leur prix, tous les bangs fonctionnent de la même manière : ils filtrent la fumée et la refroidissent à travers l’eau pour pouvoir l’inhaler ensuite.

Les bangs sont munis d’un petit bol qui contient l’herbe grindée que vous allez chauffer avec une flamme. La fumée générée va alors passer dans l’eau du tube alors que vous inspirez par l’ouverture qui se trouve à l’autre extrémité du bang.

En inspirant, vous dirigez la fumée chaude dans l’eau pour la refroidir. L’eau se met à faire des bulles et produit un son bien typique que l’on retrouve dans la célèbre chanson de Cypress Hill, véritable ôde au bang : Hits from the bong.

Le bang est-il plus nocif les poumons ?

Vous l’avez compris, avec le refroidissement à l’eau, la fumée est plus fraiche et moins agressive lorsqu’elle arrive à vos lèvres. Elle peut donc sembler plus agréable et donc moins nocive pour vos poumons que la fumée chaude d’un joint, dans lequel on ajoute du tabac et du papier qui plus est.

Ce n’est pas le cas. Bien que la fumée de la pipe à eau soit plus douce en bouche, elle reste tout aussi nocive pour vos poumons, si ce n’est plus.

L’eau peut effectivement filtrée une petite quantité de produits nocifs issus de la combustion, mais vous finissez toujours avec une grande quantité de fumée dans les poumons. Peu importe comment vous fumez votre marijane, la fumée reste nocive pour les poumons en raison des produits cancérogènes libérés par la combustion.

Fumer du cannabis, que ce soit avec un joint ou un bang, peut endommager les tissus pulmonaires et causer des lésions et des dommages au niveau des vaisseaux sanguins.

La tendance à inhaler profondément et à retenir votre souffle lorsque vous fumez de l’herbe vous expose également à plus de goudron à chaque bouffée. De plus, les bangs sont essentiellement un moyen d’obtenir plus de fumée dans vos poumons tout en rendant cette fumée plus agréable à inhaler. Tous ces aspects font qu’il est facile de prendre trop de fumée sans forcément s’en rendre compte avec un bang.

À lire  Trichomes des plantes de cannabis - Tout ce que vous devez savoir

Un autre risque à garder à l’esprit est lié à l’utilisation de bangs en plastique. Les plastiques qui contiennent des produits chimiques comme les phtalates ont des effets néfastes sur la santé car potentiellement cancérogènes.

Les bangs sont-ils aussi sales qu’on le dit ?

Les pipes à eau trainent avec elles la réputation peu enviable d’un objet et d’un moyen sale de consommer du cannabis. On rapporte effectivement des cas de personnes contractant la tuberculose pulmonaire en partageant un bang. Même si vous ne partagez pas, l’utilisation d’un bang peut toujours vous exposer à un risque de troubles pulmonaires, y compris des infections pulmonaires potentiellement mortelles.

Une étude parut en 2017 présente ainsi le cas d’un patient ayant développé une pneumonie nécrosante suite à l’utilisation d’une pipe à eau. Les analyses ont ainsi pu démontrer que la bactérie responsable de cette maladie grave, qui provoque la mort permanente du tissu pulmonaire, provenait du bang.

Le vaporisateur cannabis comme alternative au bang

Vous l’aurez compris, l’utilisation de bang n’est pas recommandée et il existe des moyens moins nocifs de consommer du cannabis. Les vaporisateurs cannabis sont de plus en plus populaires et pour une bonne raison : ils ne créent pas de combustion.

pourquoi utiliser un vaporisateur pour le cannabis

En effet, à l’inverse du joint ou du bang qui nécessite une flamme pour bruler la beuh, le vaporisateur utilise la chaleur par conduction ou convection pour chauffer votre herbe et activer les composés chimiques présents dans la plante : cannabinoïdes (THC, CBD, CBG…), terpènes, flavonoïdes, etc.

Ce processus est appelé vaporisation car c’est de la vapeur de cannabis que vous obtenez et non de la fumée. La différence entre vapeur et fumée tient dans la température utilisée pour chauffer l’herbe. Pour obtenir de la vapeur, vous ne devez pas aller au delà des 200 °C environ. La plupart des vaporisateurs à herbes sèches ne dépassent pas les 220 °C. Lorsque vous chauffez votre herbe à la flamme en revanche, la température dépasse généralement les 800 °C

Par conséquent, non seulement vous obtenez une vapeur plus saine pour les poumons avec un vaporisateur, mais également plus de ces composés qui sont globalement rapidement détruit avec la combustion. En résulte une expérience plus agréable en termes de goût, avec des arômes mieux préservés, et d’effet avec une plus grande quantité de cannabinoïdes inhalés.

Et pour ceux qui ne veulent vraiment pas se séparer de leur bang, de nombreux vaporisateurs peuvent fonctionner avec une pipe à eau au moyen d’un adaptateur spécial !

Conclusion

Un bang peut refroidir et filtrer la fumée pour vous donner une bouffée plus douce et moins agressive que celle d’un joint, mais il ne vous protège pas des nombreux risques de la combustion pour la santé.

Si vous utilisez régulièrement un bang, il est peut-être temps de lui dire au revoir et de passer à un moyen plus propre et plus sain de consommer de la ganja. La vaporisation s’impose ainsi depuis quelques années comme une alternative plus saine et plus respectueuse du produit, notamment car elle n’implique ni tabac ni combustion. Il est pas trop tard pour vous y mettre !

À lire  Comment savoir quand remplacer l'herbe dans un vaporisateur d'herbes sèches ?