Consommez-vous du cannabis ? Et avez-vous remarqué que vous urinez plus fréquemment que les non-consommateurs de votre entourage ? Si ces questions peuvent sembler étranges, une étude récente indique que ces deux qualités pourraient être liées.

Bien que les chercheurs examinent fréquemment le lien potentiel entre le cannabis et la vessie, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur les effets du cannabis sur l’ensemble de nos systèmes corporels et notre santé.

Une étude récente jette un nouvel éclairage sur l’impact de la consommation de cannabis sur les vessies hyperactives. En fin de compte, les chercheurs ont découvert que les consommateurs de marijuana sont plus enclins que les non-consommateurs à souffrir de ces troubles.

Qu’est-ce qu’une vessie hyperactive ?

L’étude décrit l’hyperactivité vésicale comme un trouble de la phase de stockage marqué par l’urgence avec récurrence et la nycturie (l’impulsion de se réveiller et d’aller aux toilettes pendant la nuit) sans ou avec l’incontinence par impériosité, qui est un symptôme du bas appareil urinaire.

Les maladies chroniques comme l’hyperactivité vésicale ont un impact significatif sur l’expérience de vie des patients et sur leur productivité au travail.

Selon les auteurs, des recherches antérieures ont montré que le cannabis aide à réduire les symptômes du bas appareil urinaire, qui peuvent créer des problèmes de santé importants. Les chercheurs de l’étude ont ensuite examiné la relation entre les vessies hyperactives et la consommation régulière de cannabis en tant qu’aspect des symptômes courants des voies urinaires.

De nombreux médicaments ont été créés pour traiter cette maladie, notamment les agonistes des récepteurs 3-adrénergiques (mirabegron) et les bloqueurs des récepteurs de la M-choline (solifenacin). Ces médicaments ont été formulés pour aider à améliorer la qualité de vie des patients et à soulager les symptômes.

Cependant, ces médicaments présentent fréquemment un certain pourcentage d’effets indésirables et une efficacité thérapeutique limitée.

Cela implique qu’une thérapie pharmacologique améliorée est encore nécessaire. En raison de l’acceptation et de l’accessibilité croissantes de la marijuana, plusieurs chercheurs examinent si elle a le potentiel de devenir une toute nouvelle classe de médicaments efficaces et bien tolérés.

Une étude portant sur des hommes âgés de 20 à 59 ans a révélé que les consommateurs chroniques de cannabis étaient beaucoup moins susceptibles que les non-utilisateurs de signaler des symptômes du bas appareil urinaire. Mais étant donné la prévalence similaire de l’hyperactivité vésicale chez les adultes des deux sexes, on ignore encore si la marijuana aide à gérer les symptômes de l’hyperactivité vésicale dans la population générale.

À propos de l’étude

Étant donné que seuls ces ensembles de données de 2005 à 2018 comprennent des enquêtes sur la consommation de cannabis et les symptômes de miction fréquente, les données de sept cycles de deux ans de la NHANES ont été recueillies. La NHANES est une enquête transversale continue menée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) pour examiner la santé nutritionnelle des enfants et des adultes aux États-Unis.

Elle combine des entretiens et des examens physiques à l’aide d’une technique de recherche quantitative sophistiquée, stratifiée, à plusieurs niveaux et en grappes. Pour l’inscription à l’étude, les participants âgés de 20 à 59 ans ont rempli des questionnaires sur l’état des reins et la consommation de drogues. Les participants à l’étude ont déclaré eux-mêmes s’ils consommaient de la marijuana régulièrement ou occasionnellement lors de l’entretien au centre d’examen mobile (MEC).

À lire  Les bienfaits du CBD pour la santé mentale

En outre, des données sur la fréquence de consommation de cannabis ont été recueillies à l’aide du questionnaire. Le questionnaire Kidney Conditions-Urology a été utilisé pour évaluer les symptômes de la vessie hyperactive. L’enquête Overactive Bladder Symptom Score (OABSS) a été utilisée pour les quantifier. Les troubles de la vessie hyperactive ont été considérés comme présents chez les personnes ayant obtenu un score de trois ou plus.

Les chercheurs ont également recueilli des informations sur l’âge, le sexe, la race, le revenu annuel du ménage, le ratio revenu familial/pauvreté (RFP), le niveau d’éducation et l’état civil des participants. L’indice de masse corporelle (IMC), le syndrome métabolique, le diabète sucré, l’hypertension et la consommation de tabac des sujets ont également été examinés. Enfin, l’équation de la Chronic Kidney Disease Epidemiology Collaboration (CKD-EPI) a été utilisée pour déterminer le débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe).

Résultats de l’étude

Un total de 18 736 tests a été utilisé pour refléter la population américaine pondérée de 123 065 848 personnes. Près de 24 % des personnes interrogées ont déclaré avoir consommé régulièrement de la marijuana au cours de leur vie. Ces personnes étaient plus enclines à être des fumeurs plus jeunes et plus minces, principalement des hommes célibataires blancs ou noirs non hispaniques, ayant un faible niveau d’éducation et de faibles revenus.

Par rapport aux non-consommateurs, les consommateurs réguliers de cannabis ont signalé une tendance plus élevée à l’incontinence par impériosité et une fréquence plus élevée de nycturie. En outre, à tous les degrés de gravité, les consommateurs normaux étaient plus enclins que les non-consommateurs à présenter des signes d’hyperactivité vésicale.

Considérée dans son ensemble, l’étude actuelle montre que les consommateurs réguliers de marijuana étaient plus susceptibles d’éprouver et de développer de graves problèmes d’hyperactivité vésicale.

Par conséquent, l’usage de la marijuana devrait être limité dans le traitement des symptômes de l’hyperactivité vésicale, à moins que de futures recherches ne démontrent le contraire, surtout à la lumière des effets néfastes de la consommation de marijuana.

Même si l’étude a révélé que les consommateurs réguliers de cannabis étaient plus susceptibles de souffrir de nycturie et d’hyperactivité vésicale, les chercheurs ont reconnu qu’ils ne savent toujours pas pourquoi la marijuana aurait une influence aussi marquée sur la vessie.

L’étude conclut que les données actuelles ne corroborent pas le bien-fondé de l’utilisation du cannabis dans le traitement médical des personnes souffrant d’hyperactivité vésicale, en particulier compte tenu des problèmes de santé difficiles induits par la marijuana. Cette conclusion est déroutante et décevante, et elle peut laisser les lecteurs avec plus de questions que de réponses, surtout à la lumière des études précédentes sur le sujet.

Conclusion

Quelle est donc la réalité ? Se pourrait-il que d’autres facteurs partagés par les consommateurs de cannabis, avec des liens de causalité supplémentaires, jouent également un rôle ? Existe-t-il une composition parfaite de cannabis qui améliore ou aggrave les circonstances ? De nombreuses études sur le cannabis ont conclu qu’une étude plus approfondie est la prochaine étape très importante. Il faudra des recherches supplémentaires pour déchiffrer complètement le lien entre la consommation de cannabis et les problèmes de vessie, bien qu’il existe sans aucun doute une certaine corrélation.

À lire  La vaporisation de cannabis est-elle une alternative plus sûre que le tabagisme et la combustion ?