Le cannabis a poussé tout seul, sans l’aide de l’homme ou des combustibles fossiles, pendant des milliers d’années. Tout comme la plante est naturellement écologique, les consommateurs de cannabis sont souvent des citoyens soucieux de l’environnement. Vous pouvez en voir un aperçu dans les emballages souvent recyclés ou sans déchets que certaines marques de cannabis utilisent désormais.

Pourquoi alors l’empreinte carbone du cannabis est-elle actuellement si élevée, et ne cesse de croître à mesure que l’industrie continue de se développer ? La réponse à cette question réside dans la façon dont la marijuana est cultivée de nos jours.

 

Comment freiner, voire inverser, les problèmes actuels liés à la culture de la marijuana et à son utilisation de combustibles fossiles ?

Alors que la marijuana continue de devenir un acteur majeur du commerce et de l’industrie, est-il possible de changer la donne et de revenir à une méthode de culture de la marijuana respectueuse du climat ? Ou est-elle destinée à continuer à se transformer en un grand consommateur de combustibles fossiles ?

Utilisez l’énergie solaire

La raison la plus fondamentale de ce changement majeur dans l’utilisation de l’énergie fossile dans la culture du cannabis est peut-être la façon dont chaque plante reçoit sa lumière. Depuis l’aube de la plante, le cannabis s’est appuyé sur le soleil pour obtenir les rayons de lumière dont il a tant besoin.

Aujourd’hui, cependant, la culture en plein air ne concerne qu’une petite minorité des exploitations de marijuana. La grande majorité du cannabis est cultivé en intérieur avec un éclairage sophistiqué et des contrôles environnementaux conçus pour maximiser le rendement de la plante;

Ainsi, au lieu d’obtenir de la lumière naturelle, les entreprises utilisent des fermes intérieures pour réduire le nombre de variables, ce qui permet de créer un rendement plus important de bourgeons puissants, mais à un coût financier et environnemental. Cependant, il est possible d’utiliser davantage la lumière du soleil plutôt que l’électricité pour alimenter les plantes.

Ces méthodes sont bonnes non seulement pour l’environnement, mais aussi d’un point de vue financier. Les méthodes régénératives utilisent la lumière naturelle du soleil et évitent le coût élevé des factures d’énergie qui découlent de l’utilisation de lumières à haute intensité. Après tout, aussi importantes que soient les préoccupations environnementales, savoir qu’il est possible de faire des économies d’argent est un excellent moyen d’encourager le changement.

Mais il n’est pas facile d’influencer les grands cultivateurs qui ont construit de grandes installations intérieures qui fonctionnent comme une horloge pour produire récolte après récolte des fleurs de qualités. Mais cette constance méthodique a un coût. Les grandes cultures en intérieur nécessitent une quantité massive d’énergie avec des lumières à haute intensité et des systèmes de ventilation qui fonctionnent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce qui a un impact environnemental majeur et une énorme empreinte carbone.

Moins de pesticides, plus des produits respectueux de l’environnement

Non seulement les pesticides non réglementés et fabriqués par l’homme peuvent être dangereux pour notre organisme, comme nous l’avons déjà signalé, mais ces pesticides toxiques sont également mauvais pour l’environnement. Les pesticides et les engrais synthétiques à base de pétrole ont un impact négatif majeur. En réduisant, ou idéalement en éliminant, l’utilisation de ces produits, on réduit drastiquement son empreinte carbone.

À lire  Un cannabis de laboratoire, sans plante, mais beaucoup plus puissant

Les engrais sont également un domaine dans lequel les cultivateurs de marijuana peuvent réduire leur empreinte. Composter et créer son propre engrais est non seulement moins cher, mais cela signifie que vous n’avez pas besoin d’acheter de l’engrais qui a voyagé sur un camion pendant des centaines ou des milliers de kilomètres. Certains des engrais disponibles à l’achat peuvent même avoir des effets néfastes sur l’environnement et le changement climatique.

Les pesticides et les engrais pétrochimiques non seulement perturbent négativement la biologie du sol, mais utilisent également de grandes quantités de combustibles fossiles. » C’est pourquoi son entreprise encourage à fabriquer son propre engrais. Cela permet d’économiser de l’argent, et de préserver l’environnement.

Les petites exploitations durables sont un excellent moyen de réduire l’empreinte carbone

C’est dans les petites exploitations agricoles qu’il y a un certain espoir de stabilité environnementale. Le concept est que ces exploitations travaillent ensemble, comme une coopérative. Les agriculteurs partagent les meilleures pratiques, unissent leurs forces collectives, travaillent ensemble pour combler le fossé entre l’agriculteur et le consommateur, amplifient le message de la culture régénératrice du cannabis et renforcent les communautés. L’objectif est que ce mode de culture régénérateur et à faible taux de déchets se propage à d’autres exploitations agricoles qui veulent faire ce qu’il faut mais ne savent pas comment faire.

Bien que cela semble être un plan noble et optimiste, il est clair que le temps est limité pour que ces changements se produisent, d’autant plus que les petites exploitations de cannabis continuent de lutter. Les agriculteurs qui font bien les choses depuis des générations ont énormément de mal à concurrencer les grosses entreprises. Actuellement, il n’y a pas de marge bénéficiaire et certains agriculteurs ferment boutique.

Les défis de la culture durable de la marijuana sont bien réels, et deviennent de plus en plus difficiles à relever à mesure que des entreprises plus puissantes rachètent des exploitations de culture. Pourtant, pour un problème d’empreinte carbone aussi vaste, la solution est finalement assez simple.