Le vapotage gagne en popularité dans le monde entier. De nombreux amateurs se demandent s’ils peuvent emporter leur vaporisateur lorsqu’ils voyagent en avion. La bonne nouvelle est que dans la plupart des cas, vous pouvez nettoyer parfaitement l’appareil pour pouvoir l’embarquer sans risque. Découvrez dans cet article comment bien nettoyer votre vaporisateur avant un vol et comment le protéger pendant le transport.

La réglementation aérienne concernant les vaporisateurs

Les vaporisateurs ne figurent pas sur la liste des objets interdits en cabine. Rien n’empêche donc légalement de les emporter à bord. Cependant, les batteries au lithium ne sont pas autorisées en soute en raison de risques d’explosion.

Si votre vaporisateur a une batterie amovible, placez l’appareil en soute et gardez la batterie en cabine. Pour les modèles à batterie intégrée comme le PAX 3, conservez l’appareil avec vous dans vos bagages à main.

Lors du contrôle de sécurité, votre vaporisateur ne suscitera aucune attention particulière s’il ne contient ni résidus d’herbes ni odeurs. Vous pouvez même emporter du tabac et prétexter vouloir vapoter du tabac si on vous pose des questions.

Comment nettoyer en profondeur son vaporisateur ?

Presque tous les vaporisateurs se nettoient suffisamment pour passer les contrôles d’aéroport. Exceptions : certains modèles en bois comme le Sticky Brick Junior car l’alcool isopropylique n’élimine pas totalement les particules incrustées.

Pour les appareils électroniques, concentrez-vous sur les parties en contact avec les herbes et la vapeur :

  • Chambre de chauffe : retirez le filtre, frottez l’intérieur avec un coton-tige imbibé d’alcool à 99%, rincez les résidus à l’eau bouillante.
  • Trajet de la vapeur : insérez des cotons-tiges ou une tige de nettoyage alcoolisée dans le conduit, de la chambre jusqu’à l’embout. Répétez jusqu’à ce qu’ils en ressortent propres.
  • Embout : démontez-le et faites-le tremper dans l’alcool avec les filtres. Frottez l’intérieur avec un coton-tige. Rincez le tout à l’eau bouillante.

Une fois parfaitement nettoyé, faites un « brûlage à blanc » : chauffez votre appareil vide au maximum pour éliminer toute trace d’alcool et d’odeur. Répétez l’opération si nécessaire. Vous pouvez aussi faire une session aromathérapie aux huiles essentielles pour masquer les odeurs persistantes.

L’essentiel est d’éliminer toutes particules d’herbes et résidus de vapeur, surtout si vous vapotez du cannabis médical et vous rendez dans un pays où il est illégal. Les odeurs ne sont pas interdites au sein de l’UE mais redoublez de prudence vers les Emirats Arabes Unis ou Singapour par exemple.

Pourquoi emporter son vaporisateur en vacances ?

Si vous nettoyez parfaitement votre appareil, vous ne rencontrerez aucun souci pour l’embarquer dans l’avion ! Pensez simplement à le nettoyer de nouveau avant votre vol retour.

Emportez une petite bouteille d’alcool isopropylique, des cotons-tiges… afin de pouvoir le nettoyer pendant votre séjour. Si vous avez la moindre interrogation sur le nettoyage d’un modèle précis, n’hésitez pas à nous contacter !

Nos experts se feront un plaisir de vous conseiller gratuitement pour vous permettre de voyager sereinement avec votre vaporisateur.

Foire aux questions

Puis-je vraiment embarquer mon vaporisateur en cabine ?

Oui, si vous le nettoyez parfaitement au préalable. Les vaporisateurs ne sont pas interdits en cabine.

À lire  Techniques pour distinguer la bonne herbe de la mauvaise

Dois-je déclarer mon vaporisateur aux contrôles de sécurité ?

Non, votre vaporisateur passera totalement inaperçu s’il ne contient aucune odeur ou résidu suspect.

Puis-je mettre ma batterie amovible en soute ?

Non, les batteries au lithium sont interdites en soute à cause des risques d’explosion. Gardez votre batterie en cabine avec vous.

J’espère que cette réécriture vous convient. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires !