Selon les chercheurs, la façon dont les gens fument le cannabis pourrait jouer un rôle important dans le type de dommages observés.

Les fumeurs de cannabis ont tendance, par exemple, à fumer sans filtre. Le filtre sert à refroidir la fumée et à filtrer certaines matières végétales indésirables, etc. La plupart des gens fabriquent des filtres avec un bout de carton (les fameux « toncars ») et le place à l’extrémité du joint.

Cependant, cela n’offre pas le même niveau de filtration qu’un filtre à tabac dont le coton est imbibé de produits chimiques. Bien que les autres substances contenues dans le filtre soient probablement meurtrières, la filtration de la fumée provenant de la matière végétale en combustion est supérieure à celle du carton roulé.

Ensuite, de nombreux consommateurs de cannabis ont l’habitude de retenir la fumée dans leurs poumons, soi-disant pour absorber plus de THC. Cependant, la grande majorité du THC s’absorbe dans les premières secondes, donc pas besoin de garder la fumée plus longtemps. Et pour ceux qui ont l’impression qu’ils planent davantage, c’est simplement le résultat du manque d’oxygène. Lorsque vous entrez dans un état hypoxique, vous pouvez vous sentir étourdi, ce qui, en combinaison avec le THC, vous fait vous sentir « beaucoup plus haut ».

Fumer du cannabis est clairement mauvais pour les poumons. Mais comme vous pouvez le voir, on peut aussi réduire les dommages causés et les risques si on est bien formé.

Dans cet article, nous allons donc parler des moyens de garder vos poumons dans le meilleur état possible en étant fumeur de cannabis.

N’inspirez pas trop profondément

Lorsque vous fumez de l’herbe, vous n’avez pas besoin d’inhaler un poumon entier de fumée. Vous devez simplement savoir comment inhaler de manière diaphragmatique. Si vous ne savez pas comment inhaler en diaphragme, prenez simplement de petites taffes d’une seconde, que vous espacez.

Ne retenez pas la fumée

Comme on l’a vu dans l’introduction, le fait de retenir la fumée dans ses poumons ne vous rend pas nécessairement plus « stone ». Cela n’apporte aucun avantage inhérent, par conséquent, le simple fait d’éliminer cette pratique peut réduire le stress que vous imposez aux poumons.

Privilégiez la vaporisation

Si vous fumez tout au long de la journée, vous avez peut-être une dépendance au cannabis. Dans ce cas, vous pouvez peut-être essayer d’autres façons de consommer du cannabis moins nocives pour les poumons. Vous pouvez remplacer tous vos joints si vous avez la volonté de tourner la page, ou simplement incorporer de nouvelles pratiques dans votre.  La vaporisation d’herbes sèches est un mode de consommation assez récent et qui a déjà séduit de nombreux fumeurs de ganja.

Le vaporisation s’oppose généralement à la combustion, car lorsque l’on vaporise, on ne brûle pas les herbes. Lorsqu’on utilise un vaporisateur de cannabis, on chauffe suffisamment pour transformer les cannabinoïdes en vapeur, mais pas assez pour déclencher une combustion, ce qui élimine complètement la fumée.

Gardez vos poumons actifs

Une chose qui m’étonne beaucoup, c’est qu’il n’y a pas plus d’éducation sur le contrôle de la respiration. Le fait est que le système cardiovasculaire est responsable de la majorité de l’énergie que vous maniez. Pensez-y.

À lire  L'Allemagne a délivré près de 100 000 prescriptions de cannabis médical le trimestre dernier

Combien de temps pouvez-vous rester sans manger ? Dans certains cas, un être humain peut rester des mois sans nourriture. Et l’eau ? L’eau est un élément plus essentiel pour la condition humaine, puisque 60 % de notre masse est constituée d’eau. Par conséquent, vous pouvez rester environ une semaine sans eau avant de subir une défaillance de vos organes. Je suis sûr que certaines personnes peuvent tenir encore plus longtemps, mais le commun des mortels ne pourrait tenir que quelques jours tout au plus.

Et l’air ? L’air est tellement vital pour votre vie que la grande majorité des gens ne peuvent tenir que quelques minutes sans air avant de cesser d’exister.

Pourtant, bien qu’il s’agisse d’une fonction si importante pour la vie, nous n’avons pratiquement aucune éducation sur la façon de respirer correctement, de réguler notre système nerveux à l’aide de la respiration, etc.

On pourrait penser qu’avec une ressource aussi vitale pour la vie sensible, nous aurions d’innombrables études sur le sujet. Cependant, ce n’est pas vraiment le cas. La science moderne ne s’intéresse que maintenant à la « science de la respiration » et nous avons « redécouvert » certaines vérités anciennes.

Le fait est que la respiration a été étudiée en profondeur par les cultures anciennes. Les sciences védiques ont des volumes entiers consacrés au « contrôle de la respiration » ou « Pranayama ».

Le Pranayama, pour ceux qui l’ignorent, n’est autre que du yoga pour les poumons.

Quelques exercices que vous devriez essayer

La respiration lente et profonde est définitivement quelque chose que tout le monde devrait essayer quotidiennement. Il est non seulement prouvé qu’elle détend et calme votre système nerveux, mais elle peut également contribuer à la clarté mentale et aider à désencombrer l’esprit, à réduire votre tension artérielle et à augmenter votre taux de dopamine.

Pour ce faire, il vous suffit d’inspirer lentement par le nez en envoyant l’air dans le diaphragme. Une fois que vous avez rempli le diaphragme à ras bord, ouvrez ensuite la section médiane de vos poumons, et enfin le sommet. Essayez d’inspirer en un seul mouvement fluide.

Sur l’expiration, avec les lèvres pincées, lâchez simplement pendant environ huit secondes d’expiration. Cette expansion complète permet à votre poumon de s’étendre complètement, et aide à exercer le poumon. Dans le livre « The Yogi Science of the Breath », ils appellent ce type d’inhalation la « respiration complète yogique ».

Vous pouvez pratiquer ceci quelques fois par jour et vous remarquerez une amélioration significative de votre vitalité générale. C’est aussi un bon moyen de prendre un moment pour vous recentrer, si tout va un peu mal.

Faites un travail sur la respiration

Si la respiration complète yogique est certainement quelque chose qui vous donnera un coup de pouce dans la vie, faire un travail respiratoire régulier est probablement l’un de vos meilleurs paris pour renforcer les poumons. Il existe de nombreux styles de respiration, donc selon le type de personne que vous êtes, vous trouverez quelque chose qui vous convient.

Une bonne façon de vous mettre dans le bain est d’acheter un pack de respirations, qui contient plusieurs modes de respiration différents. Vous pourrez ainsi expérimenter différentes techniques et voir celles qui vous plaisent.

À lire  Le cannabis peut aider contre l'insomnie, d'après une récente étude

Bien sûr, il y a aussi beaucoup de matériel gratuit sur Youtube où vous pouvez expérimenter avec la respiration. Non seulement vous verrez une amélioration majeure de votre capacité respiratoire, mais vous ressentirez également un sentiment de paix et de tranquillité, car la respiration est directement liée au système nerveux autonome.

En d’autres termes, lorsque vous réalisez qu’en changeant vos habitudes respiratoires, vous pouvez en fait actionner un interrupteur dans votre système nerveux, cela change la donne !

Conclusion

Pour finir, ces suggestions ont simplement pour but de vous faire prendre conscience du fait que chaque fois que vous fumez quoi que ce soit, vous faites quand même des dégâts à l’organisme. Être conscient de ce que vous faites peut contribuer grandement à atténuer les dommages durables.