Obtenir du haschisch à partir d’eau glacée à la maison avec les restes de votre récolte est très simple en utilisant les sacs Ice-o-Lator, grâce à une technique basée sur l’utilisation d’eau, de glace et de tamis successifs.

Surnommé Bubble Hash, Water Hash en anglais, ce type de shit est relativement prisé par les amateurs de résines de qualité. De nombreuses vidéos sur le web proposent un guide pas à pas sur la façon d’obtenir différents calibres d’extractions et sur les matériaux nécessaires pour les obtenir. Il suffit d’un peu de pratique, d’un peu de patience et, bien sûr, du matériel adéquat, que vous trouverez facilement en ligne.

Dans cet article, nous allons vous expliquer comment fabriquer votre propre bubble hash à l’aide d’un système Ico-o-Lator.

Qu’est ce que le bubble hash ?

Le haschisch à bulles porte ce joli nom parce qu’il forme de petites bulles lorsqu’il est chauffé – ce qui est aussi un moyen pour vous de jauger sa qualité. Il est fabriqué sans l’utilisation de solvants, ce qui rend le processus de production et la consommation beaucoup plus sûrs.

exemple de bubble hashLe hachisch “gras” à bulles est notre type de hachisch préféré. Nous pensons qu’en plus d’être l’une des extractions les plus sûres, elle est une véritable expression de la qualité de la plante.

Avec l’avancement de la technologie et la mise en place de marchés réglementés dans certains pays comme les USA et le Canada, les méthodes permettant de fabriquer cette forme de hash se sont récemment développées. Dans notre post, nous essaierons d’aborder les manières plus simples et plus artisanales de fabriquer du bubble hash à la maison en suivant les traces du pionnier qu’était Frenchy Cannoli (paix à son âme).

Ce type de haschisch est le résultat de la séparation des trichomes présents dans les bourgeons (fleurs) en utilisant uniquement de la glace, de l’eau et des sacs filtrants. Cette forme est connue comme l’un des moyens les plus efficaces de préserver les terpènes et d’extraire un haschisch à la saveur sensationnelle. N’oubliez pas que les trichomes et les cannabinoïdes ne sont pas solubles dans l’eau et qu’ils ne sont donc pas endommagés par l’agitation – ne vous inquiétez donc si vous êtes brutal avec la plante !

Fabrication du haschisch avec Ice-o-Lator

Un système Ice-o-Lator consiste en des sacs utilisés pour extraire le haschisch à l’aide d’eau et de glace, d’où son nom. Ces sacs sont devenus populaires grâce à la société néerlandaise Pollinator, pionnière depuis 1992 dans la fabrication et la commercialisation de systèmes d’extraction pour le cannabis. Le haschisch est obtenu en refroidissant les glandes résineuses du cannabis, appelées trichomes, qui durcissent alors et coulent dans l’eau froide tandis que les déchets végétaux (c’est-à-dire les feuilles et autres parties de la plante) flottent à la surface.

 

exemple de kit ice o lator
Exemple de kit ice o lator

Pour recueillir ces glandes résineuses, il faut utiliser des sacs en nylon de différentes tailles qui servent à les séparer du reste de la matière végétale dont on ne veut pas. Les trichomes vont progressivement se coller au tamis du sac, un petit filet dans la partie inférieure de celui-ci, bien qu’il soit nécessaire d’enlever les branches et autres parties dures de la plante pour que le processus d’extraction soit plus efficace.

Il faut tenir compte du fait que la qualité du haschisch obtenu dépendra de l’épaisseur du sac utilisé. Les sacs de la meilleure qualité ne dépassent généralement pas 45 microns. Il existe ensuite des sacs de 60 à 75 microns, de 90 à 120, de 150 à 180 et plus. Avec des tamis de 30-45 microns, nous obtenons du haschisch de “qualité supérieure”, avec les 60-75 microns c’est de la qualité de second ordre, puis il y a les 90-120 microns (qualité de troisième ordre) jusqu’à ce que vous arriviez à des sacs de 150-180 microns, le niveau de qualité de quatrième ordre ou “qualité commerciale” qui est ce que vous trouvez normalement dans les rues.

Pour exemple :

  • Sac de 40 microns (trichomes de qualité moyenne)
  • Sac de 70 microns (trichomes de haute qualité)
  • Sac de 90 microns (trichomes de la meilleure qualité)
  • Sac de 104 microns (trichomes de haute qualité)
  • Sac de 120 microns (trichomes de faible qualité)
  • Sac de 150 microns (souvent des débris filtrés)
  • Sac de 190 microns (débris souvent filtrés)
  • Sac de 220 microns (débris souvent filtrés)

L’important est d’avoir au moins un sac pour chaque couche.

Pour réaliser l’extraction, il faut, en plus utiliser d’autres matériaux : un seau d’une capacité de 25 litres ou une machine à laver, un outil permettant de remuer la marijuana et dont la longueur doit être adaptée au récipient dans lequel le sac est inséré (il peut s’agir d’un bâton adapté ou d’un fouet de cuisine), plusieurs kilos de glace, un thermomètre et les restes secs de la récolte, en particulier les petites feuilles qui protègent les bourgeons pleins de résine. Il est clair que plus la quantité de trichomes est importante, meilleure est la qualité du haschisch que vous allez obtenir.

Partir sur une récolte sèche ou des fleurs congélés

Vous avez ici deux options qui s’offrent à vous comme détaillé plus bas :

  • utilisation d'herbe congeléeUtiliser des buds ou trim séchés : en utilisant la matière végétale sèche, il est possible de profiter de ce qui reste de la période de récolte. Si vous en avez une belle quantité, utilisez aussi des buds. C’est le matériau choisi la plupart du temps pour fabriquer du Hash dans sa forme la plus traditionnelle. Au Brésil, c’est une excellente option en raison des températures élevées, il est plus facile à laver et à collecter dans des sacs sans coller et perdre des trichomes en cours de route.
  • Utiliser un produit frais et congelé : c’est une façon de travailler avec la plante encore vivante et des trichomes frais. La plante est récoltée, les feuilles en excès sont enlevées et immédiatement après ce processus, elle est congelée. Pour la laver, il suffit de la sortir du congélateur lors de cette procédure. Le traitement de ce matériel est plus difficile dans les pays chauds, les têtes sont huileuses et collent davantage aux sacs.

Comment utiliser l’Ice-o-Lator étape par étape

Voici comment faire du hash de qualité à l’aide d’un système Ice-o-Lator :

  • La première chose à faire est d’insérer les différents sacs dans un récipient (un seau peut être parfait), très bien attachés mais en laissant suffisamment d’espace entre eux. Ils seront placés dans le seau, en allant du plus petit au plus grand (la taille est généralement indiquée sur une petite étiquette dans la partie supérieure du sac, ou identifiée par un jeu de couleurs) jusqu’à ce que le plus grand soit placé à l’intérieur, là où les déchets végétaux seront retrouvés.
  • Ensuite, les restes de cannabis sont mélangés avec de l’eau très froide et beaucoup de glace. Il n’est pas recommandé de surcharger excessivement les sacs, car la résine a besoin d’espace pour tomber au fond du sac. Plus le mélange est froid, meilleur sera le résultat final, car les trichomes ont besoin d’être à une température proche de 0º pour durcir plus rapidement et la gravité facilite alors leur travail. Il est même recommandé de mettre les restes de la récolte sèche dans un congélateur pendant plusieurs jours avant, pour obtenir un meilleur effet.
  • Vous laissez reposer le mélange pendant 15 minutes, vérifiez régulièrement que la température est comprise entre 0,5º et 3º C (les trichomes se détachent de la matière végétale à environ 4º C) puis remuez bien le cannabis pendant 20 à 25 minutes, en utilisant l’outil que vous avez choisi. Une fois ce temps écoulé, attendez encore un quart d’heure et répétez le processus jusqu’à ce que les feuilles flottent à la surface. On retire ensuite le premier sac, le plus grand, et on filtre bien l’eau.
  • Les glandes de qualité supérieure que nous recherchons se trouvent dans les autres sacs. On retire par la suite le sac suivant et on égoutte à nouveau l’eau afin d’obtenir le premier niveau de haschisch, généralement une petite masse gris brunâtre. Retirez ensuite les sacs suivants, qui contiennent tout le liquide et les substances qui ont progressivement filtré à travers les sacs précédents. Le dernier sac recueillera les glandes les plus petites, c’est pourquoi vous devrez utiliser un peu d’eau pour les rassembler.
  • De cette manière, vous aurez obtenu différentes qualités de haschisch, séparées en fonction de la taille de la glande. Lors du prochain passage de l’eau, il est possible que le sac soit obstrué et ne laisse pas complètement passer l’eau. C’est le signe que le processus fonctionne correctement. Il vous suffira de déplacer le sac avec vos mains pour que la masse qui s’est formée change de position et que l’eau puisse s’écouler par l’interstice qu’elle laisse.

Comment sécher votre haschisch par la suite

Il existe un moyen simple et pratique de sécher le haschisch fait maison. Mais le temps que cela prendra peut varier en fonction des conditions de température et d’humidité ambiante.

Pour en revenir à l’étape précédente, juste après avoir récupéré le haschisch dans les sacs, il faut le mettre rapidement au congélateur. Attendez quelques heures pour vous assurer qu’il sera congelé, sortez le haschisch du congélateur et râpez-le sur du papier sulfurisé – idéalement, cette poudre doit avoir la plus grande surface de contact possible avec l’air, afin qu’il sèche plus rapidement.

étaler la résine pour la faire sécher
Il est recommandé d’étaler la résine au maximum pour la faire sécher

C’est la partie la plus facile de cette procédure, le reste consiste à contrôler l’humidité et la température de l’environnement. L’idéal est d’avoir au moins un déshumidificateur pour diminuer l’humidité de l’air et un climatiseur pour poursuivre ce processus à froid, qui consiste à extraire du haschisch de qualité.

Attendez quelques jours et vérifiez toujours la consistance de votre hachich jusqu’à ce que vous remarquiez qu’il est totalement sec. Il est essentiel qu’il soit sec avant de le stocker dans un bocal pour commencer le processus de séchage.

Une fois que le hasch est bien sec, vous pouvez commencer à presser votre hasch pour qu’il ressemble davantage à du shit (en barrettes ou plaquettes).