En Italie, un référendum visant à dépénaliser le cannabis est en passe de réunir les 500 000 signatures nécessaires pour être examiné par les législateurs avant la date limite du 30 septembre, rapporte Euractiv.

Si le référendum est approuvé, l’Italie deviendra le quatrième État membre de l’Union européenne à adopter cette réforme, rejoignant ainsi le Portugal – qui a dépénalisé toutes les drogues – la République tchèque et l’Estonie.

Le référendum a déjà recueilli plus de 420 000 signatures en quatre jours seulement.

En vertu de la loi italienne, la possession de quantités de cannabis pour un usage récréatif est passible d’une suspension du permis de conduire, tandis que la vente de cannabis est passible d’une peine d’emprisonnement de deux à six mois.

Giuseppe Civati, fondateur de Possibile, un parti progressiste qui promeut le référendum aux côtés d’autres groupes, a déclaré à Euractiv que la “politique italienne est depuis longtemps complètement statique sur des sujets considérés comme tabous dans une logique purement électorale, et le gouvernement actuel – qui comprend un large spectre électoral allant de la gauche à la droite – n’aide pas.”

“Il y a environ un million de consommateurs de cannabis en Italie. Les personnes qui en consomment ne sont pas le genre de membres marginalisés de la société que les partis de droite décrivent, et de nombreuses régions des États-Unis l’ont rendu légal par référendum également.”- a délaré Civati à Euractiv.

Il a ajouté que le processus de référendum en Italie “est devenu beaucoup plus facile” grâce à l’introduction des signatures numériques, “qui ont sérieusement réduit les coûts d’organisation.”

La légalisation du divorce et de l’avortement en Italie a été obtenue par le biais du processus référendaire. Une autre campagne visant à légaliser l’euthanasie a déjà dépassé le seuil des 500 000 signatures.

Il y a fort à parier que ce genre de concertation populaire devrait prendre de l’ampleur dans ce pays dans les prochaines années.