Il arrivera un moment où l’industrie pharmaceutique n’aura plus besoin des plants de cannabis pour exploiter le pouvoir des phytocannabinoïdes. En fait, ce serait probablement la solution optimale pour tout le monde et cela créera une différence distincte entre le « cannabis récréatif » et le « cannabis médicinal ».

Il semblerait que ce moment de soit pas dans un futur si lointain, puisque des chercheurs israéliens ont récemment réussi cloné des cellules de cannabis 12 fois plus puissantes dans un bioréacteur.

Aujourd’hui, nous allons nous plonger dans cette technologie émergente et ce qu’elle signifie pour le cannabis dans le domaine médical, ainsi que les raisons pour lesquelles l’industrie va probablement suivre cette voie.

Des cellules de cannabis clonées dans des bioréacteurs

BioHarvest Sciences, une entreprise israélienne, a réussi à cloner des cellules de chanvre pour les transformer en une substance avec tous les composés actifs trouvés dans le cannabis. Cela inclut les cannabinoïdes mineurs.

Évidemment, les deux premiers cannabinoïdes principaux visés sont le THC et le CBD, mais si cette technologie fonctionne comme prévu, cela signifierait que vous seriez en mesure de produire en masse des cannabinoïdes plus rares en moins de temps et avec un coût de traitement post-récolte plus faible.

Selon l’entreprise, ils utilisent moins d’eau et il leur faut beaucoup moins de temps pour pouvoir récolter les composés actifs.

« Nous ne cultivons pas du tout la plante », a déclaré I. Sobel, le PDG de BioHarvest. Au lieu de cela, le processus consiste à répliquer des cellules prélevées sur une plante de chanvre dans de grands réservoirs appelés bioréacteurs pour produire un nombre énorme de cellules identiques.

« Nous les cultivons dans d’énormes bioréacteurs en seulement trois semaines, alors que le cannabis ordinaire prend 14 à 22 semaines », a déclaré Sobel.

Comme le mentionne Sobel, pour faire pousser des plants de cannabis, il faut entre trois et cinq mois, et cela n’inclut pas le curing. Si une entreprise peut prendre trois semaines pour récolter de grandes quantités de cannabinoïdes, cela signifie qu’elle sera en mesure de créer des médicaments spécifiques aux cannabinoïdes dans des quantités précises.

Ils ont également des contrôles beaucoup plus stricts sur l’environnement, ce qui signifie qu’ils peuvent créer des conditions qui favorisent une forme de développement plutôt qu’une autre. Bien qu’ils ne divulguent pas toutes les technologies qu’ils utilisent pour des raisons de propriété, l’industrie biopharmaceutique pourrait avoir trouvé un moyen de « breveter » enfin ses médicaments sans entrer dans le conflit « qui possède une plante ».

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’industrie pharmaceutique a été si hésitante à adopter le cannabis comme médicament. Puisqu’il n’y a pas de brevets sur le cannabis, étant donné qu’il s’agit d’une plante, n’importe qui peut la cultiver. En fait, vous pouvez cultiver votre propre cannabis, en extraire le RSO, et essentiellement vous soigner avec du cannabis.

Cependant, la façon dont cette technologie change l’approche est :

    1. Des quantités plus importantes de cannabinoïdes spécifiques
    2. Temps de « récolte » réduit
    3. Une puissance accrue

En d’autres termes, ils peuvent utiliser les cannabinoïdes comme « matière première », ce qui signifie qu’ils n’ont pas besoin de cultiver des plantes de cannabis pour en produire et peuvent complètement sauter ce processus.

À lire  Le Maroc délivre 10 licences de cannabis

Sobel a déclaré : « En ajustant les conditions spécifiques auxquelles les cellules sont exposées, nous pouvons créer différentes compositions souhaitées de principes actifs, ce qui signifie que nous pouvons augmenter ou diminuer les divers cannabinoïdes. »

Un meilleur contrôle de l’environnement et une rationalisation des cannabinoïdes

La biomasse qui sort du bioréacteur est constituée de cellules identiques à celles que l’on trouve dans le cannabis dérivé des plantes, et il n’y a aucune modification génétique, a précisé M. Sobel. Les patients peuvent le recevoir sous forme fumable ou sous forme de pilules, de gouttes, de chewing-gum et d’une série d’autres formats.

Comme vous pouvez le constater, cela peut également avoir une implication pour le marché récréatif. Plus précisément, les entreprises qui veulent créer des infusions uniques. En outre, la biomasse est toujours capable de produire des options « fumables », ce qui signifie qu’il existe même un marché pour les vapes et les « joints ».

Bien sûr, contrairement à la plante de cannabis, elle ne produira pas tous les composés que la plante de cannabis produit naturellement. Ce sont des clones après tout et ils ne dépasseront jamais leur scénario génétique.

Les cultivars de cannabis sont sélectionnés afin de favoriser certains cannabinoïdes par rapport à d’autres, mais ils produisent également des terpènes, des flavonoïdes et tous ces cannabinoïdes mineurs dans leurs limites génétiques. Pourtant, ce type de cannabis « en liberté » a la capacité de se développer au fil du temps.

Cela pourrait signifier que vous seriez en mesure de « goûter » une différence entre l’herbe de biomasse et les plants de cannabis ordinaires. Bien sûr, les scientifiques seraient également en mesure de produire des terpènes et des flavonoïdes et de reproduire essentiellement n’importe quel cultivar s’ils mettent la main sur les cellules.

L’environnement contrôlé du bioréacteur pourrait permettre de surmonter deux défis de la culture du cannabis : la contamination et les cultures avec des niveaux variables de composés actifs. Sobel a déclaré que l’environnement protégé du bioréacteur empêche les contaminants tels que les champignons d’entrer en contact avec le produit, et que la nature contrôlée de la méthode permet d’obtenir un produit dont les niveaux de composés sont constants.

BioHarvest affirme que si sa biomasse décolle, elle permettra de fournir les avantages du cannabis médical à moindre coût et avec un impact environnemental moindre. En effet, selon les calculs de la société, chaque kilowatt d’électricité produit huit fois plus de matière dans le bioréacteur que ce qui est produit par les plantes. En ce qui concerne l’eau, chaque gallon produit 54 fois plus de matière du bioréacteur que de matière végétale. Les besoins en terres sont réduits de plus de 90 %.

Comme mentionné, c’est une bonne chose pour l’industrie pharmaceutique qui préfère avoir des environnements contrôlés où elle peut rationaliser des cannabinoïdes spécifiques et réduire les coûts dans le processus.

« L’essentiel est que nous pouvons rendre le cannabis et le chanvre beaucoup plus utiles qu’auparavant, à moindre coût pour nos ressources planétaires », a commenté Sober. « C’est une solution de bien-être et de durabilité venue d’Israël qui peut apporter une contribution vraiment inspirante au monde. »

À lire  5 produits utiles à base de chanvre que vous ignorez peut-être

Même si certaines entreprises préféreront utiliser le cannabis « Biomasse » pour infuser leurs produits en raison de l’avantage en termes de coûts, de nombreux consommateurs de cannabis préféreront toujours les plantes de cannabis. Je ne pense pas que ces deux sources seront un jour en concurrence sur le marché récréatif.

Cependant, à l’échelle industrielle, il est logique que les récoltes de « Biomasse »deviennent une priorité. Non seulement vous réduisez le « temps » nécessaire, mais vous réduisez également les coûts associés à l’eau et à l’énergie. Lorsque les États-Unis légaliseront enfin le cannabis, la demande sera probablement supérieure à l’offre.

Lorsque des pays comme le Mexique entreront en jeu, nous pouvons nous attendre à ce que le pays devienne un fournisseur majeur de chanvre et de cannabis. Cependant, ces usines de traitement de la biomasse deviendront probablement la source « incontournable » pour l’industrie pharmaceutique et les grandes industries qui dépendent de grandes quantités de cannabinoïdes spécifiques dans leurs produits.

En outre, étant donné qu’il s’agit d’un produit « cloné », cela signifie que vous pouvez réellement conserver une norme – alors qu’avec les plantes de cannabis, il y a toujours une fluctuation lorsqu’il s’agit de la puissance et de la cohérence des cultures.

Ce que je peux voir se produire, c’est que les « joints Biomasse » pourraient être un produit supplémentaire que le marché récréatif pourrait envisager. Les gens seraient prêts à fumer un « globule de biomasse » qui a été étudié scientifiquement pour un effet spécifique.

Cependant, nous ne le saurons pas tant que cette technologie ne sera pas disponible pour le monde entier. Actuellement, elle est encore en phase de recherche et de développement, et sera très probablement d’abord disponible pour l’industrie pharmaceutique.

Dans quelques années (ou décennies), l’idée que les cannabinoïdes proviennent de plantes à des fins médicales appartiendra au passé. Cela n’a pas beaucoup de sens pour la Pharma de cultiver si elle peut contourner le processus.

Cela ne signifie pas qu’ils ne créeront pas leurs propres cultivars. Au lieu de cela, je peux voir comment l’industrie crée des installations de culture spéciales où elle expérimente des cultivars, et quand elle trouve une plante qui produit la norme optimale pour ses médicaments – elle la clonera simplement dans un bioréacteur.

Cela signifie qu’il y aura plus d’importance sur le « type de cultivars » utilisés dans le processus, ce qui signifie qu’il y aura des entreprises qui chercheront à acheter des souches spécifiques pour les sélectionneurs.

Il semble que les sélectionneurs de cannabis deviendront plus importants au fil du temps.