Il est typique que les jeunes consomment de la marijuana parce qu’ils croient que cela les fait paraître cool. Si les overdoses de cannabis ne sont pas la pire conséquence de la légalisation de la weed – un sophisme ridicule, s’il faut le dire -, c’est plutôt que la weed a perdu son côté globalement cool.

Il ne s’agit pas pour nous de préconiser que les enfants consomment de la marijuana de manière récréative, mais de montrer à quel point les choses ont changé. Le cannabis était autrefois la drogue de prédilection des jeunes, ancrée dans l’Été de l’amour des jeunes, le mouvement hippie et les dortoirs des universités du pays. Cependant, le concept de la marijuana comme substance cool est en train de disparaître à cause de la légalisation.

Selon des chercheurs du Harvard Community College, le cannabis peut rendre certaines personnes « moins cool » Alors, que symbolise désormais le cannabis en tant que culture, mode de vie et style de vie ? Les jeunes pensent-ils que c’est encore cool ? Est-ce que quelqu’un pense encore que l’herbe est cool ?

Détails de l’expérience

Selon une nouvelle enquête publiée par le Harvard Community College basé à Santa Monica, en Californie, la consommation de cannabis ne rend pas le consommateur « cool » L’étude publiée jeudi révèle qu’en réalité, la weed pourrait rendre les gens « moins cool » en fonction de leur environnement, de leurs revenus, de leur hygiène et de leur QI

L’étude a porté sur 374 volontaires âgés de 12 à 99 ans, qui ont tous affirmé consommer fréquemment du cannabis (3+ fois par semaine). Ils ont été interrogés sur des sujets tels que « Pourquoi fumez-vous ? » « Quels talents employables avez-vous ? » et « Quand ont-ils passé du fil dentaire pour la dernière fois ? » En outre, on a demandé aux sujets d’apporter des photos de leur appartement pour que l’équipe de recherche puisse les évaluer.

Le scientifique en chef de l’étude, le Dr Wallaby Frank, a révélé que l’inspiration pour l’étude lui est venue en regardant le film Génération rebelle, dans lequel le jeune Matthew McConaughey dit : « Dis, mec, t’as un joint ? » et Mitch répond : « Non, pas sur moi, mec », « Ce serait beaucoup plus cool si tu en avais un », dit McConaughey.

Dans ses mots, Wallaby s’est dit que Matthew McConaughey, le summum du cool, ne devrait pas déjà avoir un joint sur lui ? Il s’est donc passionné pour le concept de « cool » et ce qu’il signifiait vraiment, notamment en ce qui concerne le cannabis.

Frank et son équipe de quatre autres chercheurs ont mené un entretien avec chaque sujet, puis ont évalué les réponses de chacun et les ont jugés en fonction de leur apparence générale et de leurs réponses. Toute personne qui prétendait fumer parce que c’est à la mode était instantanément qualifiée de « pas cool », selon Frank. Ils ont également mis un énorme tampon rouge sur les individus âgés de moins de 18 ans parce qu’ils sont jeunes et ont à peine un cerveau bien développé.

D’autres indicateurs révélateurs de « non cool » liés à la consommation de cannabis incluent, sans s’y limiter, le fait de gagner moins de 35 000 $ par an, d’avoir plus de 10 000 $ de dettes (hors hypothèque) et d’être incapable de jouer du piano. D’autres indicateurs incluent :

  • Ne jamais quitter son pays d’origine.
  • Avoir un régime alimentaire composé de 60 % ou plus d’aliments transformés.
  • Donner un pourboire inférieur à 20 %.
  • Transpiration des paumes.
  • Des genoux qui tremblent.
  • Choisir de créer un compte de médias sociaux entièrement consacré aux champignons, aux armes et à l’herbe.
À lire  Une entreprise américaine poursuivie car leurs joints ne défonçaient pas assez

Observation et déductions

De nombreuses personnes croient que le simple fait de fumer de la marijuana les rend cool. Cependant, c’est inexact, a déclaré une autre chercheuse qui a travaillé sur le document, Jill-Rose Neemoy. Savez-vous qui consomme également du cannabis ? Les Narcs » Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle fumait, une participante a répondu : « La vie est une salope, et puis on meurt. » D’autres personnes jugées « cool » avaient un véritable intérêt pour la plante et connaissaient toutes sortes de futilités sur les classifications de la weed, les cannabinoïdes et l’industrie du cannabis en général.

L’interview de Frank avec High Times a révélé que l’étude était extrêmement difficile à mesurer. Lui et ses collègues seraient tous d’accord pour dire que cet homme est cool lorsqu’il entre en portant de beaux vêtements et sentant la fumée, vous savez, avec un énorme sourire sur le visage. Cependant, lorsque nous lui posions une question directe comme « Quand la Première Guerre mondiale a-t-elle commencé ? », il ne répondait pas, ce qui le faisait paraître moins cool.

D’un autre côté, ajoute Frank, quelqu’un d’autre entrait habillé comme un hippie, sans chaussures et avec des bâtons dans la barbe, mais il se mettait ensuite au free jazz, aux statistiques théoriques et à l’endocrinologie. » En conclusion, Frank a affirmé s’être demandé si c’était lui qui faisait l’étude ou si c’était l’individu.

Les résultats ont fini par être partagés équitablement. Cependant, une répartition 50/50 des résultats ne satisfaisant pas les chercheurs, le Dr Wallaby Frank s’est inscrit comme le 375e volontaire.

Le Dr Frank est une personne remarquable, selon Neemoy. Il gagne plus d’argent que nous, ce qui est excellent. Nous avons vu des photos de son appartement, qui était impeccable et bien entretenu. Il est hilarant et intelligent. Cependant, au final, nous avons choisi de le classer dans la catégorie « pas cool », purement parce que c’est probablement l’un des critères les moins cool que l’on puisse faire pour juger quelqu’un sur la base de son apparence et du fait qu’il soit ou non au courant du début de la Première Guerre mondiale.

Neemoy poursuit, pour être juste, le Dr Frank était tout à fait d’accord, et le reste d’entre nous serait tombé dans la même catégorie si nous avions participé à l’étude.

Conclusion

Le cannabis n’est plus réservé au club exclusif des enfants cool. Elon Musk en consomme, les mamans aussi, et la plupart des policiers canadiens, suite à la nouvelle loi, peuvent en consommer (en dehors du service, bien sûr). Depuis 2006, le nombre de baby-boomers qui en consomment a été multiplié par deux. Les consommateurs mensuels de marijuana parmi les personnes de 65 ans et plus ont également augmenté de manière significative (ce nombre était presque nul au milieu des années 2000). Toutes les personnes que vous n’auriez pas envisagé de consommer du cannabis auparavant le font maintenant. L’OLCC ferait peut-être mieux de mettre en garde les adolescents contre le fait de s’allumer avec leurs grands-parents.

Avec la légalisation qui a poussé le cannabis dans le courant dominant, on peut dire que la plupart des gens consomment maintenant du cannabis. Il est donc nécessaire de redéfinir le terme « cool » en ce qui concerne le cannabis. Selon le Dr Frank et son équipe de chercheurs, fumer du cannabis ne rend pas automatiquement quelqu’un cool. Pour mériter cette étiquette, il faut maintenant en savoir plus et avoir de vastes connaissances sur le cannabis et l’industrie du cannabis dans son ensemble

À lire  11 choses que vous devriez probablement savoir sur Peter Tosh